L’hameçon

FABRICATION DU HAIR PHOTO À PHOTO

monaje-hair-1

L'HAIR

anzuelo

L’hair c’est l’élément qui a révolutionné la pêche de la carpe, donnant ainsi la possibilité de présenter l’appât d’une façon totalement différente et beaucoup plus effective. Son histoire commence en 1979, lorsqu’il fut inventé par Kevin Maddocks et Lenny Middelton. Avant l’apparition du hair, l’appât se montait directement sur l’hameçon, perdant ainsi capacité de pénétration lorsqu’il s’enfonçait dans le poisson. L’hair permet que l’appât pende de l’hameçon, ainsi il n’a aucun élément qui lui embête lorsqu’il s’enfonce. L’hameçon a été attaché au dessous de ligne en laissant dépasser une extrémité du fil. On fait un nœud à cette extrémité où on fixera l’appât. Au début ses inventeurs ont employé réellement un cheveu, qu’ils ont attaché á la courbe de l’hameçon. C’est pour cette raison qu’ils l’ont appelé « hair » (cheveux en anglais).

Pour monter l’hameçon au dessous de ligne et fabriquer l’hair, on peut choisir entre deux genres de nœuds, mais le plus habituel c’est celui qu’on appelle « nœud sans nœud ». Maintenant on va préparer un dessous (c’est ainsi qu’on appelle a l’ensemble du dessous de ligne qui est déjà préparé avec l’hameçon et l’hair), on va nous approcher pour lui prendre quelques photographies qui nous montrerons le procès de fabrication d’un hair avec le genre de nœud duquel on a parlé. Vous pouvez suivre pas à pas la fabrication avec les images qu’on vous montre.

Noix tigrées: Fabrication du HAIR photo à photo – RESULTAT
D’abord il faut avoir près tous les matériaux qu’on va employer, pour qu’après on ne doive pas perdre du temps à chercher les outils, et on tient l’hameçon avec la bouche. Maintenant on voit comment on fait un nœud avec l’extrémité du fil. En ce moment on est en train d’utiliser du fil tressé, qui est plus employé pour la fabrication des dessous de ligne. On coupe le fil en faisant attention pour qu’il ait une longueur de 40 cm à peu prés. Lorsqu’on ait fait tous les nœuds, la longueur totale du dessous de ligne sera de 25 cm. à peu prés, bien que cela dépendra du genre de nœuds qu’on utilisera.

Si vous regardez bien, vous observerez qu’on utilise des hameçons avec un anneau. Pour qu’il s’attache mieux, on passera deux fois le fil à travers l’anneau et après, on tire du fil jusqu’à ce que l’hair ait la longueur qu’on souhaite. La meilleure façon de continuer avec la fabrication de l’hair c’est en prenant l’hameçon avec les deux mains.
À la suite avec du fil tressé, on fait les tours nécessaires au pied de l’hameçon, en surveillant qu’ils restent serrés entre eux et en attrapant ainsi l’hair. Même si on pourrait continuer à faire quelques tours, nous on  préfère faire trois ou quatre tours en plus au dessous du hair, car ainsi le nœud reste mieux immobilisé.

Pour finir le nœud, on passera l’extrémité du fil à travers l’anneau. Le nœud est réellement fini, mais pour rester plus tranquille on peut lui appliquer une goutte de cyanocrilate pour assurer encore plus qu’il soit attaché. Le « nœud sans nœud » est très sûr parce qu’il se fixe lui-même. Cela signifie que lorsqu’on exerce plus de pression sur lui, l’hameçon sera fixé avec plus de force.

Étant donné que le dessous de ligne va être en contact avec le fond du bassin et qu’il va être exposé à toute sorte d’écorchures, nous recouvrons le pied de l’hameçon avec un tube de pvc thermoréduisable. On plonge l’hameçon dans de l’eau bouillante quelques secondes et le plastique se comprime, se serrant sur le nœud. Il y a aussi des pêcheurs qui emploient une gaine de silicone, la quantité suffisante pour protéger le nœud. Celle-ci c’est la fabrication plus conventionnelle du hair.

Comme on a expliqué avant, le matériau plus employé pour le dessous de ligne c’est le fil tressé, tel que le Merlin (Kryston), mais on peut aussi employer des monofilaments tel que le fluorcarbone ou des tressés plus sophistiqués tel que le snake bite (Kryston). L’élection d’un d’entre eux est en liaison avec le comportement que le dessous de ligne aura après dans l’eau.

Avec l’hameçon et l’hair montés il n’y a rien plus facile qu’insérer un grain/boilie dans l’hair. Pour cela on utilisera une aiguille pique-boilies. Avec elle on traversera le boilie et, après, on prendra la pointe de l’aiguille avec le nœud du hair.
Maintenant on passera le grain/boilie d’un endroit à l’autre, en surveillant toujours que l’hair soit tendu, pour que l’opération soit plus facile. Pour s’assurer que le grain/boilie ne sort part, on utilisera une petite pièce en plastique qu’on appellera stopper. Il s’agit d’un arrêt qu’on place au nœud du hair et qu’on serre contre le grain/boilie. Si on a tout fait correctement, on pourra lancer très fort sans avoir du peur à ce que le grain/boilie s’échappe du hair.

LA LONGUEUR DU HAIR

L’hair n’a pas une taille standard. On peut employer des boilies de plusieurs diamètres ou des pièce avec plusieurs boilies. Selon le cas, on fabriquera un hair d’une mesure ou d’une autre. Pour une boilie de 20 mm, l’hair aura à peu près cette longueur, depuis la courbe de l’hameçon. Si on utilise des boilies de 15 mm. L’hair sera de 30 mm., plus ou moins.